Institut Confucius de Montpellier

蒙彼利埃孔子学院

Concert du nouvel an chinois

Découvrez le duo Yidjam et voyagez entre la Chine et la Mongolie !

Réservation et règlement dans la limite des places disponibles: ICI

Si la billetterie est épuisée, contactez nous: info@institut-confucius-montpellier.org

S’offrant à la caresse des vents des lointains, deux musiciens d’exception se sont réunis sur une terre musicale en suspension, entre est et ouest, passé et présent, tradition et modernité. Surnaturelle, la voix dédoublée du chanteur diphonique de Mongolie, Dalai s’élève et s’entrelace, avec celle, presque humaine, de sa vièle à tête de cheval morin khuur, emblème des cultures nomades de Gobi. Ensorceleuse, Jiang Nan fait rugir les sonorités fauves de l’envoûtante cithare chinoise guzheng, ou file des épures mélodiques tendues par l’émotion. En contrepoint, le cristal de sa voix fait sonner un blues du fleuve Bleu.

Un spectacle empreint d’une spiritualité hors du temps et de l’espace, animé par l’impétuosité des vents d’est.

Présentation des artistes:

Jiang Nan: Composition, arrangements, chant et guzheng (cithare chinoise sur table)

Jiang Nan naît à Quanzhou, ville du Fujian, au sud de la Chine. Elle grandit aux sons des répétitions de la troupe d’opéra révolutionnaire locale où ses parents dansent et chantent.
Elle étudie au Conservatoire de Shanghai, prestigieux et exigeant, puis intègre la section de musicologie de l’Université de Xiamen.

Depuis plus de 15 ans, Jiang Nan s’est enracinée en France. Elle donne de nombreux concerts en soliste ou en ensemble : Théâtre du Capitole, Institut du Monde Arabe, Festival international de Fès, Festival Arabesque, Festival Rio Loco…

Virtuose, chanteuse, compositrice, arrangeuse, artiste complète et curieuse, elle multiplie les coopérations : Yungchen Lhamo, Wang Xinxin, Les Passions, Walid Ben Selim, Thomas Roussel, Serge Lopez, Clozee, Lakhdar Hanou…

L’instrument: guzheng

Depuis quelques 2500 ans, le guzheng 古筝, fait sonner sa voix singulière au sein de la vaste famille des cithares sur table asiatiques. L’instrument compte généralement 21 cordes, placées sur 21 chevalets mobiles et montées sur une longue caisse en bois rectangulaire. Il se joue avec des plectres.
Le guzheng se caractérise par sa polyvalence – harmonique, rythmique et mélodique -, son jeu virtuose, l’extraordinaire richesse de son timbre et sa large palette expressive.

Dalai Daansuren: chant diphonique, morin khuur (vièle mongole à 2 cordes) et arrangements

Originaire de la province du Dundgobi en Mongolie, Dalai grandit au milieu de la steppe. Son père, reconnu comme un grand maître de l’urtyn duu (chant traditionnel) et du morin khuur, lui transmet l’art de cet instrument. Sa mère et ses frères et sœurs sont également musiciens et collabore régulièrement avec le Théâtre national de Dundgobi. Il commence l’apprentissage de la vièle dès 3 ans.

En 2018, après des études musicales au conservatoire d’Oulan Bator, il entame une prometteuse carrière de musicien et chanteur. Il commence à voyager à travers l’Europe pour promouvoir la musique traditionnelle de son pays avec différents groupes : Argusan band, La Camera Delle Lacrime, Deelt, Mathias Duplessy et Violon du monde…

L’instrument: morin khuur

La vièle mongole морин хуурse se compose d’une caisse trapézoïdale en bois sur laquelle sont montées 2 cordes faites de poils de queue de cheval. Son manche est orné d’une tête de cheval
sculptée. Le cadre est recouvert de peau de chameau, de chèvre ou de mouton. Le morin khuur se joue avec un archet à crin de cheval et produit un son suave et chaleureux.
Instrument emblématique de la vie nomade, il accompagne traditionnellement les contes et légendes chantés.

Réservation et règlement dans la limite des places disponibles: ICI

En attendant le concert:

 

Date

9 février 2023

Heure

8:00 pm - 9:30 pm

Tarif

7,00€

Lieu

Salle Molière - Opéra Comédie
11 Boulevard Victor Hugo, 34000 Montpellier
Catégorie
QR Code
Top